#begov goes 2.0


J’ai eu la chance d’être invitée dans un panel de discussion faisant suite à une conférence inspirante de Steven Van Bellegem (@Steven_InSites) sur son nouveau livre Conversation Company. Le débat organisé par SD Worx portait sur le fait que le secteur public s’ouvrait (ou pas) au monde du 2.0, au monde du #convgov.

Vous trouverez les slides de Steven ici, ce qui m’évite de résumer son message. Si je prends la plume aujourd’hui, c’est plus en réaction des réactions de l’audience. Les commentaires étaient en public timorés, craintifs, parfois dubitatifs mais envieux… Ils se faisaient enthousiastes lors des discussions qui ont suivi

“Ha ce serait bien que cela se passe chez nous mais, vous savez notre top management, notre président, … ce n’est pas le vôtre”.

Désolée mais la question n’est pas là.

Est-ce le rôle du secteur public d’aller à la rencontre des citoyens par le biais des media sociaux? OUI. Sauf si le top management estime ne pas avoir de compte à rendre aux citoyens, aux clients de son organisation ou qu’il y a un tel bazar dans l’organisation qu’il vaut mieux continuer à faire l’autruche plutôt que d’ouvrir la boîte de Pandore des critiques qui pourraient remettre en question l’hégémonie absolue de cette position manageriale.

Est-ce le rôle d’une organisation publique d’ouvrir des plateformes collaboratives à ses collaborateurs? OUI. Sauf si le top management veut perdre la guerre des talents, veut entretenir un climat de méfiance et d’opacité, veut annihiler la collaboration interdépartementale ou inter-organisationnelle.

Est-ce que l’usage des media sociaux se passe uniquement dans le SPF “Gadgeto-futuristique” (comme certains se plaisent à le railler) de la Sécurité Sociale au sein duquel 88% des collaborateurs se disent heureux, voire très heureux de travailler? NON. Et heureusement.

Voici trois exemples parmi d’autres que je recommande chaudement à mes collègues du secteur public.

Actiris.

ACTIRIS est l’Office Régional Bruxellois de l’Emploi dont la mission principale est de mettre en oeuvre la politique de l’emploi en Région de Bruxelles-Capitale.
Actiris a lancé sa fan page il y a 15 jours sur Facebook. Fanpage d’un bureau de chômage (pour utiliser la terminologie négative qui vient naturellement en tête)… il fallait oser. Ils l’ont fait. 15 jours pour 1.000 fans. Oui, oui. 1.000 fans. Et que de la communication positive, à la fois sur les actions d’Actiris mais aussi des employeurs qui proposent des jobs et des chercheurs d’emploi qui se mettent en avant. Et ils sont sur Twitter (ici : @ActirisBrussels) et sur LinkedIn. Une vraie communication online qui s’active vivement. Je dis tout simplement un grand BRAVO à Gregor Chapelle (le nouveau DG), Laurence Bodart (responsable COM online) et l’équipe d’Actiris. Chapeau bas pour votre audace et votre courage.

L’Institut des Vétérans.
Ici aussi, on ne s’attend pas à ce que L’Institut des vétérans-INIG qui rembourse les soins de santé et apporte une aide sociale aux vétérans, aux invalides de guerre, aux anciens combattants et aux victimes de guerre et qui est responsable de la mémoire des conflits récents auprès des jeunes soit sur Facebook. Et pourtant, à l’occasion du génial projet “Le train des Mille“, Isabelle Bastaits (@isabastaits), responsable Com FR, a crée une Fanpage qui, un mois plus tard, compte plus de 3850 fans. Ce projet du Train des 1000 est un immense coup de pouce au devoir de mémoire : 1000 jeunes, un train, une destination : Auschwitz. Un voyage de 23 heures en train au départ de Schaerbeek (Bruxelles), des visites à Auschwitz, Birkenau, Cracovie ; des rencontres avec des survivants des camps. En chemin, les jeunes Belges seront rejoints par des jeunes provenant d’une dizaine de pays européens (dont l’Italie, l’Espagne, les Pays-Bas, le Luxembourg et la Russie). Isabelle a organisé un concours de reportage photos / video et certaines photos comptent plus de 700 votes! Auriez-vous imaginé cela un seul instant en pensant à l’Institut des Vétérans? CQFD.

Club35
Club35 est un réseau virtuel des jeunes fonctionnaires belges de moins de 35 ans. Créé via la plateforme Yammer du SPF Sécurité Sociale suite à l’impulsion du Think Tank HREPS qui souhaitait mettre à la disposition de la jeune génération des moyens de communication et de rencontres dans un cadre qui leur convient, ce réseau compte plus de 500 membres de plus de 80 organisations. Les membres de Club35 ont établi un livre plan du Fonctionnaire2.0 et sont maintenant chouchoutés tant par les politiques – tous partis confondus que par les sociétés privées qui essayent de mieux anticiper les besoins futurs du secteur public belge.

Alors, chers Top Fonctionnaires, pensez-vous encore que le secteur public doit ignorer les media sociaux? Pensez-vous, si vous êtes au service de notre pays ou de ses régions/communautés, que vous êtes dans le juste en interdisant les plateformes collaboratives et les media sociaux?

Ne réfléchissez pas trop. Inspirez-vous et osez! Cela fera rayonner de bonheur votre organisation.

3 thoughts on “#begov goes 2.0

  1. Chère Laurence,

    Tout d’abord un immense merci pour le partage de bons procédés ! Autant dire que si tout le monde dans la fonction publique avait ton intelligence, ton dynamisme et ta capacité d’action, les dinosaures auraient définitivement disparu depuis longtemps (et on aurait éliminé les moustiques aussi, on n’est jamais trop prudents).

    Travailler comme Chargée de communication pour l’Institut des Vétérans-Institut national des invalides de guerre, anciens combattants et victimes de guerre est de fait un véritable challenge… Genre éviter que ton interlocuteur ne s’endorme avant que t’aies fini de dire le nom de ton institution en entier. Et puis ménager un délicieux suspense quand tu vois précisément ton interlocuteur s’enthousiasmer au moment où tu évoques tous les projets géniaux relatifs au devoir de Mémoire qui se cachent derrière ce nom rabat-la-joie.

    Petite précision concernant la fanpage de Facebook : elle existe depuis 2 ans, et a été créée par mon prédécesseur. J’ai décidé d’adapter son lay out en fonction de nos projets. Et d’y susciter le plus d’interactions possibles, en plaisant à la fois au public des jeunes participants du Train des 1000 et au public “de base”, à savoir 65% d’hommes (de 35 à 65 ans), militaires pour la plupart. Challenge, j’ai dit…

    Isabelle
    Institut des Vétérans-INIG
    facebook.com/warveterans.be

  2. Pingback: Intussen op het kruispunt tussen HR en marketing… 5 take-aways uit het #convgov event

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s