“Le bonheur au travail : j’voudrais bien… mais j’peux point”

484105840_small“Le bonheur en entreprise…. c’est super. Enfin, je crois. Parce que vous savez, Mr Big Bad Boss, mon patron, il pense qu’on est là uniquement pour faire de l’argent, pour être productif/ve, et assumer notre 9-5 avec obéissance et éternelle reconnaissance. Alors, oui, je voudrais bien être heureux au travail, mais je peux pas”.

Combien de fois n’ai-je pas entendu cette affirmation. Ou cette question : “comment puis-je faire? Par où, moi simple salarié/e, puis-je commencer? ” Comme il n’y a qu’une et inénarrable Annie Cordy*, je vous propose d’emblée de laisser tomber la rengaine du “j’voudrais bien (ouin ouin ouin), mais j’peux point (ouin, oui, ouin)”.

Tu veux? Tu peux!

On est chacun responsable de son bonheur et c’est Tolstoï qui l’affirme

Si tu veux être heureux, sois-le.

Donc, il n’y a pas à tourner autour du pot. Chacun d’entre nous, quelles que soient sa fonction et sa position dans la hiérarchie, chacun tient le premier rôle et est l’architecte principal de son bonheur privé, social… ET professionnel! C’est certain, nous avons tous, à l’un ou l’autre moment de notre vie, fait des choix malheureux qui nous ont plongés dans un profond désarroi, ou a contrario une totale admiration pour cette formidable faculté de nous tromper et de continuer à foncer droit dans le mur.

Est-ce une raison pour laisser tomber les bras et accepter avec fatalisme une vie sans bonheur au travail? Que nenni. Faut-il attendre que tout tombe tout cuit du ciel? Que nenni bis. Faut-il espérer que votre Big Bad Boss lise dans vos pensées pour connaître vos sources de motivation? Que nenni ter. Si vous voulez être heureux au travail, vous pouvez l’être. Mieux encore : vous devez l’être!

10 questions simples à se poser

Voici quelques pistes que vous pouvez explorer afin de cultiver, en toute impunité et pour le plus grand bonheur de votre Big Bad Boss, votre propre bonheur en entreprise. Car si vous êtes heureux, vous serez plus peformant/e ainsi que nous vous l’avons déjà maintes fois expliqué ici et ici notamment. Votre performance contribue au bonheur de votre Big Bad Boss, que demander de plus?

1. Quels sont les éléments de votre job qui génèrent en vous de l’énergie positive?
2. Qu’est-ce qui consomme, aspire, consumme votre énergie au travail?
3. Pouvez-vous évacuer des éléments de la question 2?
4. Avez-vous besoin de l’autorisation de votre Big Bad Boss pour mettre les réponses de la question 3 en oeuvre? Si oui, expliquez-lui en quoi vous serez plus productif. Sinon, faites-le!
5. Pouvez-vous faire plus de réponses données la question numéro 1? Si oui, faites-le! Si non, cherchez les façons de pouvoir le faire.
6. Qu’aimeriez-vous faire qui bien entendu contribue aux résultats de l’entreprise? Parlez-en à votre Big Bad Boss, sans pour autant attendre votre entretien de fin d’année. Une bonne idée n’attend pas.
7. Connaissez-vous ce qui contribue au bonheur de vos collègues? Pouvez-vous les aider à être plus heureux au travail? Si oui, faites-le! Si non, demandez-leur!
8. Vos collègues connaissent-ils ce qui vous rend heureux au travail? Si non, dites-le leur. Si oui, répétez-leur 😉
9. Dans une autre expérience professionnelle, avez-vous connu des expériences positives qui ont contribué à votre performance et à votre bonheur? Qu’est-ce qui vous empêche de les répéter?
10. Vous avez envie de (plus de) bonheur au travail au sein de votre équipe? Alors partagez ces 10 questions avec vos collègues!

Le bonheur au travail, ce n’est pas sorcier. C’est beaucoup de bon sens, plein de sincérité et un peu de courage. Rayonnez de bonheur autour de vous, le bonheur vous va si bien!

* Au fait, pour les nostalgiques et les plus jeunes, voici ce grand moment de la chanson française. Merci Annie!

One thought on ““Le bonheur au travail : j’voudrais bien… mais j’peux point”

  1. Bonsoir Laurence,

    Ton post me remémore une citation qui m’avait marquée, quand je travaillais dans le domaine de l’innovation. Elle disait qqchose comme: “l’innovation n’est pas nécessairement qqchose de compliqué, technique ou cher. Ce peut être aussi simple que d’arrêter de faire les choses comme on les a toujours faites!”. Et si la première innovation concernait le bonheur au travail?

    Une autre jolie pensée, en clin d’oeil…
    “Sometimes, you don’t know the weight you have been carrying, until you feel the weight of its release!”

    HAPPY loooooooooooooooooooooong WE…

    PS: rholàlà!… Je me souviens avoir fait une “choré d’enfer” sur cette chanson, lors d’un voyage scolaire!!! Effectivement, ce n’était pas hier, je confirme. 😀

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s